Vermeer et les scènes de genre

Vermeer et ses petits secrets…

Une approche sur les mutations de la culture face au numérique… 11 mai 2010

Le fait d’avoir créer un blog culturel montre déjà l’importance du développement des nouvelles technologies (notamment d’internet) dans ce secteur.

Internet permet d’échanger : des points de vue, des informations…

Le partage des idées est la principale activité de la culture, son moteur. Sans nouvelles idées la culture ne peut avancer. Elle se renouvelle au contact de différentes personnes, de civilisations, de pays…

  • Prenons l’exemple de la musique. Face aux avancées technologiques, ce secteur s’est totalement transformé. Il y a 50 ans il y avait les tourne-disques, maintenant nous pouvons écouter une musique dans un bar et l’avoir en cinq minutes dans notre MP3.

Les CDs étaient considérés comme une avancée spectaculaire. Comment expliquer maintenant son effondrement?

Avec internet, la production de CDs a considérablement chuté. Le fait de pouvoir télécharger une chanson très rapidement a attiré un grand nombre de personnes et a permis un accès plus libre et plus facile à la musique. Notre rapport à l’œuvre a aussi changé : nous sommes devant une abondance de choix à notre disposition qui n’existait avec le disque (c’est aussi le cas pour les peintures, point que nous développerons par la suite).

Le téléchargement de musique sur internet pose le problème des droits d’auteurs. En effet, des sites de téléchargements de musiques illégaux ont vu le jour (kazaa, limewire…), et ont remis en question la notion du bien et de sa valeur. La conséquence majeure fut de bouleverser le mode de fonctionnement (diffusion, vente, production…) de l’industrie musicale, et a ouvert le débat sur le partage de fichiers gratuits, notamment au sujet du vote de la loi Hadopi en 2009 (suspension d’internet en cas de fraude avéré). L’Union Européenne a cependant montré son désaccord puisqu’elle considère Internet comme une nécessité au même titre que le logement, la santé…

  • Bien entendu, la musique n’est pas le seul secteur touché par la numérisation, c’en est un parmi tant d’autres. Si nous n’avions pas pu mettre des images numérisées, notre blog aurait été bien pauvre.

Notre rapport à l’œuvre a totalement changé depuis l’évolution fulgurante d’internet. Nous pouvons voir des œuvres des quatre coins du monde tout en restant chez soi, grâce à leur numérisation.

Tout en restant en relation avec notre sujet, nous pouvons dire que le tableau du peintre Vermeer, La laitière (développé un peu plus loin) a été le plus repris par les médias. A tel point de ne plus savoir que le personnage utilisé par les pubs provient en fait d’une œuvre d’art. Le caractère authentique et unique de la pièce est alors totalement dénaturé.

Le tableau étant réalisé en 1658 à Delft, la pub place La laitière un siècle après, à Paris. Le message de l’œuvre a alors totalement été transformé, puisqu’elle n’est pas remis dans son contexte originel.

Un petit aperçu… :



 

Présentation en images de notre blog 10 mai 2010

Filed under: Art Hollandais — jojuel @ 13:09

Présentation originale de notre blog « Vermeer et les scènes de Genre » grâce au logiciel en ligne PREZI.COM

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Vermeer & ses contemporains 25 avril 2010



Afin de répondre à la question posée : pourquoi Vermeer a t-il principalement peint des scènes d’intérieur? Nous allons mettre Vermeer en relation avec ses contemporains et montrer en quoi il détient la primauté sur ce genre. Pourquoi était-ce un genre si répandu dans la seconde moitié du XVIIe siècle?

Pourquoi retenons-nous ce nom plus que d’autres? Et en quoi fait-il de l’ombre aux peintres de genre de son temps? Il est vrai que Vermeer apparaît comme un modèle dans la peinture de genre alors qu’il n’a pas été le seul à s’y intéresser.

Nous allons étudier de plus près ses contemporains pour comprendre pourquoi retenons-nous plus son nom que les autres artistes de son temps qui se sont essayés dans le même genre.

Le Rijksmuseum a placé Vermeer parmi ses contemporains dans une salle des Domestic scenes (une catégorie des « Genre pieces »). Ces principaux peintres sont également rassemblés dans une même salle au Metropolitan Museum of Art, que reprend (en français) le site culturel insecula . >Le site insecula appartient à la société insecula thaïlandaise dont les siège se situe à Patayya<

Vermeer et ses contemporains forment l’école de Delft dont les caractéristiques sont annoncées brièvement sur le site officiel de la ville de Delft. « Vermeer and the Delft School » fut le sujet d’une exposition en 2001 au Metropolitan Museum of art.

Déjà une liste d’artistes contemporains à Vermeer (1632-1675) commence à se dresser dont voici les principaux :


Jan Havicksz. Steen (1626-1679)

Vie :

Le site de la société Éditions Larousse donne une courte biographie, parfaite pour une première approche de l’artiste. C’est un site fiable de la société Éditions Larousse dont le directeur général se nome Isabelle Jeuge-Maynart.

Œuvres :

La plupart des scènes de genre de Steen portent un message moral, une dénonciation de la luxure, par exemple, dans une de ses œuvres caractéristique : Les Mefaits de la Luxure, 1663 (> Site par Normadart, diplomé de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts et licencié d’Arts Plastiques/Lettres et Arts à Paris 1 depuis 2001 <). Les œuvres de ce peintre, contrairement à celles de Vermeer, visent à mettre en garde contre la débauche. Chez Vermeer, l’attention est souvent portée sur une seule personne concentrée dans son activité; on y perçoit une invitation à l’observation, à la simple sérénité comme pour Jeune Femme portant une Balance de Vermeer.


Gabriel Metsu (1629-1667)

Vie :

Biographie fiable et concise (et en français !) Larousse. Biographie METSU GABRIEL écrite par Jacques Foucart, conservateur des Musées nationaux, service d’études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Œuvres :

le site insecula montre ses principales œuvres conservées dans les musées. Un site intéressant (mais en anglais et dont nous ne connaissons pas encore l’auteur!) est entièrement dédié à cet artiste hollandais. Une page sur Culture.fr du ministère donne une liste exhaustive de ses œuvres et dessins. > Directeur de la Publication : Pierre HANOTAUX; Responsable de la Rédaction : Paul Rechter <

ACTUALITÉ → Une exposition consacrée à Gabriel Metsu sera présentée au Rijksmuseum à partir 16 décembre 2010. Le site Holland sur lequel je vous donne cette information présente les actualités culturelles des 4 grandes villes de la Hollande. Ce site est réalisé par l’organisation NBTC (The Netherlands Board of Tourism & Conventions).

Exemple de scène de genre :

Cliquez ICI ! On y retrouve les caractéristiques des scènes de genre de Vermeer comme l’activité féminine représentée dans un coin de la pièce, l’intimité crée par le pan de rideau, la sérénité crée aussi par la couleur et la lumière venant de gauche. Mais cette lumière a toujours plus d’impact chez Vermeer.

> Informations sur le site : crée par Normadart (diplomé de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts et licencié d’Arts Plastiques/Lettres et Arts à Paris 1 depuis 2001). sujets: retrace l’histoire de la hollande au siècle d’or, les références techniques de l’époque (vous y retrouverez des informations sur la camera obscura dont on parlera ultérieurement) et les peintres. <


Gérard Ter Borch (1617-1681)

Vie:

Biographie de TER BORCH GERARD tiré de l’encyclopédie Universalis.

Oeuvres :

Insecula met en ligne les œuvres de Gérard Ter Borch ainsi que leur lieu de conservation. Une présentation des œuvres avec les légendes et en musique est disponible sur youtube.


Exemple : Le Concert, Chanteuse et joueuses de Luth theorbé, 1657.


Pieter de Hooch (environ 1629 – environ 1684)

Vie :

Site (en français, fiable puisque les sources sont référencées et appartenant à la Bibliothèque des Arts) s’intéresse entre autres à Pieter de Hooch . Des suppositions quant à sa rencontre avec Vermeer y sont faites. Le site des Musées FRAME mentionne Pieter de Hooch (Départ pour la promenade, musée de Strasbourg) dans la présentation des œuvres en ligne. Cette organisation de regroupement de musées ajoute même que Pieter de Hooch s’est fait connaître grâce au regain d’intérêt pour Vermeer. Un paragraphe du Picturalissime traite de Vermeer et la relation avec ses contemporains et notamment de sa relation avec Pieter de Hooch qui habita à Delft vers 1655. > Site Spécialiste de la Copie de Tableaux Reproduction peinte à la main, à l’initiative de Philippe Martinet<

Oeuvres:

Diaporama youtube


Exemple de scène de genre au Louvre.


Gerrit Van Honthorst (1590-1656)

Vie :

Le dictionnaire Larousse en ligne propose une biographie complète de l’artiste.

Le site « Gerrit van Honthorst » (in English please) comporte sa biographie + toute son œuvre et des liens utiles. >Nous n’avons pas encore d’information sur l’auteur du site, mais nous sommes en cours de demande, patience !<

Œuvres :

Il a aussi peint des scènes de genre mais dans un style moins sobre que celui de Vermeer. On peut voir à travers cet artiste, qui a la même façon de traiter la lumière, comment les artistes de cette époque s’en servaient pour mettre en avant des éléments de leur choix.

Ce peintre consacra beaucoup de peintures aux femmes. Le blog amateur WordPress « Femme, Femme, Femme » a même été crée autour de cette thématique où l’on peut voir les œuvres du maîtres en rapport avec ce thème.

Pour vous rendre compte et découvrir d’autres de ses contemporains rien de plus pratique qu’une…frise chronologique (complète car venant du site essentialvermeer dont l’auteur est Jonathan Janson).


 

Johannes Vermeer : sa vie et sa ville 14 avril 2010

Sa Vie

La redécouverte de Vermeer, un peintre oublié

Si Johannes Vermeer (Delft 1632 – Delft 1675) suscite beaucoup de mystère, c’est que sa vie n’est pas si connue en raison de la renommée raisonnable à son époque et qu’il fut tombé dans l’oublie (devenu même un « fantôme » selon la Fondation Jacques-Édouard Berger) jusqu’à sa redécouverte par le français Théophile Thoré (William Bürger de son Pseudonyme) au XIXème siècle dans l’article « Van der Meer de Delft » du Tome 21 de la Gazette des Beaux-Arts de 1866 (p. 297-330 et p. 458-470, p. 542-575). Ce site Grands Peintres explique qu’il s’agit de la première monographie de Vermeer qui a demandé 20 de travail à Thoré-Bürger et qui allait susciter l’intérêt des historiens de l’art. C’est un site de bénévoles (surnommés Titus et Tablette…) ayant reçus des cours d’histoire de l’art.

Cependant beaucoup d’écrits lui sont consacrés pour tenter de le connaître plus intimement. Le dictionnaire en ligne Larousse* nous renseigne un peu plus sa vie privée sans omettre le reste. Sa vie et son œuvre sont résumés de façon claire sur le site du Cineclubdecaen, les œuvres de Vermeer y sont aussi énumérés avec un court commentaire pour chaque peinture. Vous pouvez aussi voir un diaporama avec agrandissements de ses œuvres sur Youtube. Toutes les principales caractéristiques propres à Vermeer y sont énoncées : les couleurs récurrentes de Vermeer (jaune, bleu vermillon et gris), sa technique retenue qui est capable de provoquer du mystère et de la nostalgie. La page de Picturalissime* consacré à Vermeer évoque le fait que les historiens pensent qu’il avait une certaine renommée à son époque puisque ses œuvres furent conservées. Voici aussi un site complet de sérieux de l’écrivain Patrick Simon avec biographie, référence littéraire (André Malraux) commentaire d’œuvre.

Son mystère fait sa renommée

Tout comme sa vie, son œuvre reste mystérieuse. Cependant ses toiles, en les regardant toutes attentivement, se révèlent être plus complexes que des simples observations de la vie quotidienne de sa demeure. Ses toiles respirent le respect pour le monde domestique bourgeois de Delft. Grâce à son grand travail sur la lumière et le placement des figures, le spectateur peut se créer une histoire autour de ce qu’il voit car Vermeer à su peindre des sentiments plus que des figures. Finalement, son mystère fait sa renommée et attire des auteurs comme Marcel Proust qu’il cite dans son ouvrage A la Recherche du temps perdu. L’Encyclopédie de l’Agora (>1ère encyclopédie virtuelle d’une entreprise privée qui existe depuis 1998, Bernard Lebleu est rédacteur en chef<) relève ce passage ainsi que d’autres citations d’artistes tels qu’Elie Faure, André Malraux ou les Frères Goncourt, et renvoi également vers des raccourcis intéressants.

le site incontournable créé par Jonathan Janson essentialvermeer.com reprend de façon très détaillée chaque élément de sa vie.


Sa Ville

Le surnom de « Vermeer de Delft »

Delft est une ville des Pays-Bas située près de La Haye.

Carte des Pays-Bas

Carte des Pays-Bas

Johannes Vermeer fut surnommé « Vermeer de Delft » puisqu’il y a toujours vécu et travaillé en s’imprégnant des traditions des peintres y résidant, dont les mots d’ordre sont Calme et Harmonie des compositions comme l’explique et l’approfondie cette page (se méfier car les auteurs ne sont pas identifiables).


Sa ville…dans son œuvre

Si nous savons que la plupart des œuvres sont des scènes de genre, Vermeer à aussi peint, en outre 2 scènes religieuses, 1 allégorie et deux vues de la ville de Delft. Vue de Delft et Rue de Delft :

→Avant de lire toute chose, aller scruter les détails de ces 2 œuvres avec une projection 3D.

• Vue de Delft

L’historien d’art hollandais et expert de Vermeer Kees Kaldenbach propose une visite guidée pertinente et détaillée de Vue de Delft. Bien sur, le site essentialvermeer* l’explique (en anglais) grâce des agrandissements .

La Ruelle

Cette œuvre représentant une maison d’une rue de Delft jamais identifiée est conservée au Rijksmuseum d’Amsterdam et expliqué plus en détail sur Essentialvermeer et sa fiche technique (tirée du catalogue d’exposition réalisé par l’expert de Vermeer Arthur Wheelock). Cette scène d’extérieur n’est pourtant pas dépourvus de ses personnages habituels des scènes d’intérieur : on peut observer une femme avec un balais posé contre le mur : le thème de la femme d’intérieure occupée aux taches domestiques est présent. Regardez la signature de Vermeer sur le banc au coin inférieur gauche. la fiche technique du même site. Si cette question des signatures dans les œuvres de Vermeer vous intéressent vous pouvez aller voir ici.

♣ Je me suis rendue à Delft pour observer son univers et comprendre l’attrait pour cette ville qu’il n’a jamais quitté : voici une Visite de Delft avec ses légendes explicatives.♣

Évidement, le site essentialvermeer* possède de nombreuses photos de Delft pour que vous puissiez vous rendre compte de ce qui reste de l’environnement dans lequel Vermeer a peint!


* Les informations sur ce site ont déjà été données dans l’article « Vermeer et ses Contemporains ».

 

Pourquoi avoir peint des scènes de genre ? 30 mars 2010

Comme on s’en doute, il n’y a pas qu’une seule explication pour expliquer le choix de Vermeer !

Historiquement, après la fin de la guerre de 80 ans entre les Pays-Bas et l’Espagne en 1648, il y eu un changement de la balance du pouvoir qui passa aux mains des bourgeois. La peinture d’histoire qui dominait les arts et qu’aimaient tant les Aristocrates devint de plus en plus minoritaire au profit des paysages, des paysages marins, des natures mortes, des peintures de fleurs, des portraits, et des peintures de genre qui devinrent des genres indépendants.

D’autre part, à Delft, la ville de Vermeer, la scène de genre était plus appréciée que nulle part ailleurs aux Pays-Bas.

Les néerlandais avaient une affection particulière pour leurs terres et leur maison. De plus, la plupart d’entre eux avait un revenu suffisant pour subvenir à leurs besoins et pour pouvoir mettre en valeur leur intérieurs. C’est pourquoi il y eu beaucoup de commandes faites sur des tableaux à bas prix, donc de petits formats.

Ainsi, nous comprenons peut-être mieux pourquoi Vermeer a peint des scènes de genre qui n’atteignent jamais de grandes dimensions.


Allez donc voir au Louvre les 2 œuvres de Vermeer : LAstronome de 1668 ne mesure que 50 X 45 cm. et la Dentelière datant de 1669-71 mesure seulement 24.5 x 21 cm.

>  Pour plus d’informations allez visitez le site qui m’a servi de source, cliquez … ICI (Essentialvermeer de Jonathan Janson)  <

 

Qu’est ce qu’une scène de genre ? 10 mars 2010

Filed under: Art Hollandais — jojuel @ 15:25
Tags: , , , , , ,

A travers les scènes de genre de Vermeer (présentées dans l’abum Picasa ci-dessous,) nous allons tenter de définir le terme de « scène de genre ».

Pour cela, le site des éditions Larousse propose une définition très exhaustive, en étudiant l’évolution du terme au long des siècles. Rappelons que ce site est dirigé par Isabelle Jeuge-Maynart en colaboration avec une équipe nombreuse → voir les infos.

Le blog de Nicolaï -épris d’art- nous informe également sur Vermeer, que l’auteur considère comme le « maître des scènes de genre », cependant il note qu’à l’époque le peintre était peu considéré en dehors de sa ville car son style flou était peu apprécié. Il explique également que les scènes de genre se sont développées grâce aux bourgeois qui raffolaient des tableaux mettant en scène des personnages riches et bien vêtus dans des décors raffinés.

On peut souligner que l’intimité des scènes de genre de Vermeer est souvent donnée par la  présence de rideaux et par la source de lumière – à gauche. Le thème de la musique est également lié aux scènes de genre.  Les thèmes musicaux se succèdent dans l’œuvre de Vermeer à partir des années 1660-62.

 

La fameuse… « Laitière »

  • Johannes Vermeer, La laitière, 1658, Huile sur toile, 45 x 41 cm, Rijksmuseum, Amsterdam.

  • Publicité réalisée par l’agence Optimum Media (Paris) pour le groupe Suisse Nestlé, diffusée à la télévision en 2006.

Enfin, ce petit exercice – réalisé par Sylvie Léonard de l’IUFM de Montpellier – nous donne un aperçu des inspirations des publicistes ! On peut voir que bien souvent leur sources proviennent des peintres des siècles antérieurs, ce qui leur permet de mettre en avant l’authenticité de leur produit.

Maintenant, à vous de juger !